Le Manuscrit du Purgatoire et de l’Enfer.

PURGATOIRE.MANUSCRIT.I-Grande-11491-le-manuscrit-du-purgatoire-et-de-l-enfer.net

Le Manuscrit du Purgatoire :

Le Manuscrit que nous avons entre les mains contient des renseignements très intéressants sur la vie d’outre-tombe, notamment sur le Purgatoire, et ces renseignements sont entremêlés de très nombreux conseils de direction spirituelle.
Son authenticité ne fait pas de doute.
Il résulte en effet de témoignages certains et concordants, de faits dûment contrôlés, qu’une Religieuse d’un couvent de Valognes, Sœur Marie de la Croix, décédée à Cherbourg le 11 mai 1917. Celle-ci perçut tout à coup, près d’elle, en novembre 1873, des gémissements prolongés.
Enfin, le dimanche 15 février 1874, une voix bien connue se fit entendre : « N’ayez pas peur ! Vous ne me verrez pas dans mes souffrances ! Je suis Sœur Marie Gabrielle » Et l’âme en peine fit savoir à son ancienne compagne qu’elle lui multiplierait ses visites pour l’aider à se sanctifier. Et c’est ainsi que, plusieurs années durant, s’établirent entre l’âme de Sœur Marie Gabrielle et Sœur Marie de la Croix les mystérieuses relations que Sœur Marie de la Croix consigna elle-même, de 1874 à 1890, dans le précieux Manuscrit dont nous entreprenons la publication.

Le manuscrit de l’Enfer :
Le Manuscrit suivant que nous publions a été trouvé dans les papiers d’une jeune fille morte au couvent après quelques années de vie religieuse.
L’écrit se répand rapidement en éditions multipliées parmi les lecteurs toujours plus nombreux ; il creuse l’âme d’un frémissement d’émotion, de piété, en même temps que d’un sentiment d’horreur.
Ses pages, vives et terribles, rapportent une expérience très humaine et courante de vie terrestre.
Non, il ne doit pas être possible de lire ces pages avec indifférence ou à titre de simple curiosité. C’est de notre éternité qu’il s’agit ici. L’enjeu est le plus formidable qui puisse être !
Monseigneur Léon Cristiani (†1971)

Éditions Chiré.

 

Léon Cristiani, qui a également emprunté le pseudonyme de Nicolas Corte, né le 4 janvier 1879  à Escurolles  (Allier) et mort le 8 janvier 1971 à Moulins (Allier),  à est un prélat, historien, théologien et universitaire Français. Il est connu pour ses travaux sur l’histoire du protestantisme et sut l’Église au XVIe siècle, ses multiples biographies, quelques réflexions théologiques, abordant notamment le domaine du satanisme et des forces du mal, et philosophiques.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s