Les âmes des protestants dans le Purgatoire.

MARIE.ANNE.LINDMAYR.(†1726)

La très grave erreur des protestants:
« Théoriquement, aucun protestant ne croit au purgatoire. »
Citation du pasteur Marc Pernot de l’Oratoire du Louvre.

Que nous Maria-Anna Lindmayr à ce sujet dans son journal?

 

Vénérable Maria-Anna Lindmayr (†1726),
Ordre des Carmes Déchaussées
Journal d’une Carmélite.

Âmes du Purgatoire.
Le salut des non-catholiques.
(Extrait).

« Dieu m’a donné également beaucoup de lumières concernant les âmes de ceux qui ont vécu et sont morts dans le luthérianisme. [ …]. Elles me dirent que je devais et pouvais les aider, car si elles n’avaient pas vécu dans la véritable Église, elles étaient également privées de tout secours. Elles avaient maintenant recours à moi. Ces âmes demandaient tout spécialement la messe et la sainte communion. C’est ce qu’indiquait leur faim. Le Christ me dit, lors de la communion: « Tu as parfaitement raison de prier pour ces âmes ».

FRISE.ROSES.DE.MARIE.private-category-barre-separation-rose-img

Publicités

Saint curé d’Ars: offrons à Dieu le Saint sacrifice de Son Fils pour délivrer les âmes du Purgatoire.

SAINT.CURE.ARS.SAINT.SACREMENT.saint-cure-d-ars-saint-sacrement

«Mes enfants, un bon prêtre [il s’agissait du curé d’Ars lui-même] avait eu le malheur de perdre un ami qu’il chérissait tendrement, aussi priait-il beaucoup pour le repos de son âme. Un jour, Dieu lui fit connaitre que cet ami était au Purgatoire et qu’il souffrait horriblement.
Ce saint prêtre ne crut rien faire de mieux que d’offrir le Saint Sacrifice de la messe pour son cher défunt. Au moment de la consécration, il prit l’hostie entre ses doigts et dit :

-« Père Saint et Éternel, faisons un échange ; Vous tenez l’âme de mon ami qui est en Purgatoire et moi je tiens le corps de Votre Fils qui est entre mes mains. Père bon et miséricordieux, délivrez mon ami et je Vous offre Votre Fils avec tous les mérites de sa mort et de sa passion ».

Sa demande fut exaucée. En effet, au moment de l’élévation, il vit l’âme de son ami, toute
rayonnante de gloire, qui montait au Ciel : Dieu avait accepté l’échange.

Mes enfants, quand nous voulons délivrer du Purgatoire une âme qui nous est chère, faisons de même. Offrons à Dieu, par le Saint Sacrifice, son bien-aimé Fils, avec tous les mérites de sa mort et de sa passion. Il ne pourra rien nous refuser.»

Bernard Nodet, Le curé d’Ars par ceux qui l’ont connu. Édition François-Xavier de Guibert.

SAINT.CURE.ARS.(†1859).BERNARD.NODET.

4e de couverture :

« Jean-Marie Vianney, curé d’Ars, meurt le 4 août 1859, après s’être livré jusqu’au bout de l’Amour. Sa pauvreté n’était pas feinte. Il savait qu’il mourrait un jour comme « prisonnier du confessionnal ». Lors de ses obsèques, la foule comptait des milliers de personnes, dont son évêque et tous les prêtres du diocèse venus entourer celui qui était déjà leur modèle.
Rapidement le procès diocésain en vue de sa béatification fut ouvert (dès 1862) et de nombreux témoins (66 au total) furent interrogés. Fraîcheur, simplicité, authenticité et intérêt caractérisent ces témoignages de première main. Ce sont des extraits de ces entretiens qui sont à nouveau publiés dans cet ouvrage, classés par thèmes afin d’être plus faciles d’utilisation. On voit ainsi défiler devant nous tous ceux qui ont vécu près du saint Curé pendant ses 41 ans de présence à Ars : ses confrères, les habitants du village, des pèlerins, ses proches.

Ces extraits furent sélectionnés par l’abbé Bernard Nodet (1911-1990), prêtre du diocèse de Belley ; il se passionna pour la figure du saint Curé durant ses longues années de présence à Ars, au service de la Basilique et comme aumônier du Carmel.

« Aimer Dieu et être aimer de Dieu, quel bonheur ! », remarquait un jour Jean-Marie Vianney. Que ces témoignages qui nous parlent de la beauté, de la grandeur et de la sainteté du « patron de tous les curés de l’univers », incitent chacun à se confier à son intercession et à imiter cette extraordinaire amitié avec Dieu. « Je te montrerai le chemin du Ciel », disait Jean-Marie Vianney au petit berger à son arrivée à Ars., puissions-nous suivre ce chemin ! »
Père Jean-Philippe Nault recteur du sanctuaire d’Ars. »

SEPARATEURS.DE.TEXTES.FLEURS.PAPILLONS.bakxesdv

Dieu, en dialogue avec Sainte Catherine de Sienne (†1380), explique le Purgatoire.

SAINTE.CATHERINE.DE.SIENNE.(†1380).EN.DIALOGUE.illustration-catherine-de-sienne-en-dialogue_1-1459500024

« Ainsi, tu as compris comment la souffrance expie la faute, en vertu de la parfaite contrition du cœur, non à raison de la peine elle-même qui est finie. Non seulement elle satisfait pour la faute, mais aussi pour la peine qui en est la suite, chez ceux dont la contrition est parfaite, comme je te l’ai dit; elle satisfait pour la faute, chez tous ceux qui, purifiés du péché mortel, reçoivent la grâce; mais s’ils n’ont pas une contrition et un amour suffisants pour satisfaire à la peine, ils vont souffrir dans le Purgatoire où s’achève leur purification. »

Catherine de Sienne, Le Dialogue,  Le livre de la Miséricorde doctrine divine : Comment le désir, comment la contrition du cœur satisfont à la faute et à la peine, en soi et dans les autres; et comment quelquefois ils satisfont à la faute et non à la peine. Chapitre III, page 29.

†††

« Ainsi ni les uns ni les autres n’attendent leur jugement; chacun, au sortir de cette vie, reçoit sa place comme je viens de t’expliquer. Ils goûtent à leur destinée, ils en prennent possession  avant même de quitter le corps, à l’instant de la mort: les damnés par la haine et le désespoir, les parfaits par l’amour, par la lumière de la foi, par l’espérance du Sang; les imparfaits, par la miséricorde et la même foi, entrent dans le séjour du purgatoire. »

Catherine de Sienne, Le Dialogue,  Le livre de la Miséricorde doctrine divine : De l’utilité des tentations et comment toute âme, à ses derniers instants, voit la place de gloire ou de châtiment qui lui est destinée.  Chapitre XIII, page 106

†††

« C’est ainsi qu’ils rendent honneur et gloire à mon nom, et que s’accomplit en eux ma Vérité. Je les avais créés pour ma gloire et pour mon honneur à moi Père éternel, pour leur faire participer ma beauté. En se révoltant contre moi, ils sont tombés par leur orgueil et furent privés de ma vue; ils ne m’ont donc pas rendu la gloire ni la louange d’amour. Mais Moi, Vérité éternelle, je les ai constitués mes instruments, pour exercer mes serviteurs dans la vertu, en même temps que mes justiciers à l’égard de ceux qui, par leurs fautes, vont à l’éternelle damnation, et vis-à-vis de ceux, aussi, qui passent par les peines du purgatoire.
C’est ainsi, tu le vois bien, que ma Vérité s’accomplit en eux. Ils me rendent gloire, non comme citoyens de la vie éternelle dont ils ont été privés par leur faute, mais comme mes justiciers. C’est par eux que je manifeste ma justice vis-à-vis des damnés et vis-à-vis de ceux du purgatoire
. »

Catherine de Sienne, Le Dialogue,  Le livre de la Miséricorde doctrine divine : Comment les démons eux-mêmes rendent gloire et honneur à Dieu. Chapitre LI, page 189.

†††

« Qui donc a établi cette belle ordonnance de l’amour? Ma sagesse, par les soins admirables de ma douce providence. Elle est partout et, si tu regardes au purgatoire, tu la trouveras encore, toujours ineffable et douce, à l’égard de ces pauvres âmes, qui par ignorance n’ont pas su tirer profit du temps et qui, séparées du corps, ne sont plus en état de pouvoir mériter. Aussi est-ce par vous que j’ai pourvu à leur situation, vous à qui le temps est encore donné, tant que vous êtes dans cette vie mortelle, et qui pouvez l’employer pour elles. Par vos aumônes, par les messes que vous pouvez faire dire à mes ministres, par les jeûnes, par les prières faites en état de grâce, il vous est donné d’abréger la durée de leur peine, en faisant appel à ma miséricorde. »

Catherine de Sienne, Le Dialogue,  Le livre de la Miséricorde doctrine divine : De la providence de Dieu en général vis-à-vis de ses créatures, en cette vie et dans l’autre. Chapitre XIV, page 405.

PURGATOIRE.FLEUR